Forum RPG
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mélinda Castaie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mélinda Castaie   Dim 8 Juil - 22:22


La Prise de Poudlard



Des gros nuages noirs s’accumulaient dans le ciel, masquant la demi-lune, enlevant ainsi toute luminosité . Dans un sens ce n’était pas plus mal, pour voir le désastre apparent, non, il était préférable de ne rien voir. Les gouttes tombaient comme si les anges pleuraient. Tous tristes. Tristes d’être tombés dans un monde aussi sombre. Tristes d’être aux prises de ces hommes. De ces êtres abjects. De eux. SES serviteurs. Les Mangemorts, désormais si respectés pouvaient prétendre au pouvoir. D’ailleurs ils ne faisaient pas que prétendre, ils prenaient le pouvoir. Et désormais…

Le ministère avait été détruit quelques semaines auparavant, et avec lui tous ses attributs, comme le Magenmagot. Malgré les anciennes recommandations de Dumbledore, Scrimgeour n’avait pas mis de réelles mesures en place afin de contrer cette vague de violences contres les moldus, enfant de moldus, et sorciers apparentés de prés ou de loin aux moldus. Oh, bien sûr, il y avait les recherches de Mangemorts, les contrôles plus fréquents, la prison d’Azkaban mieux gardée par d’autres créatures que les Détraqueurs qui avaient rejoint le Lord. Mais cela n’avait pas été suffisant… Comment cela aurait pu l’être ?

Un frisson lui parcourut l’échine. Le Lord. Elle n’imaginait pas un instant qu’il allait devenir celui qui allait diriger le monde des sorciers. Non, pas qui allait devenir, qui était déjà. Une larme de rage coula le long de sa joue, alors que sa main se crispait sur sa baguette. Les pieds dans la boue, grelottant, elle arpentait le Chemin de Traverse, qui n’avait plus rien à voir avec ce qu’elle avait connu. Gringotts avait été pillé, les boutiques saccagées, les commerçants… Elle cligna les yeux, tentant d’éloigner l’image des corps mutilés de Fred et Georges quand elle avait ouvert la porte de leur boutique, quelques jours auparavant. Ne plus se souvenir de cette soirée horrible, ni des jours qui l’avait précédés, ni les qui avaient suivis d’ailleurs.

Comme le temps de Poudlard était loin désormais. Le temps où elle pouvait badiner avec ses amies, aller boire une Bierraubeurre à Pré-au-Lard sans se soucier de savoir si elle serait en vie le soir même. Le temps où elle n’était pas obligée de vivre au rythme des attaques, des combats, des heures de visites à Sainte Mangouste. D’ailleurs, elle avait tellement arpenté leurs couloirs qu’elle connaissait chaque couloir, chaque plante disposée dans le hall, et même chaque guérisseur. Ce majestueux château dans lequel elle s’était épanouie telle une fleur durant le printemps, malgré les heures sombres qu’elle avait pu traverser. C’est là-bas qu’elle avait pu LE rencontrer pour la première fois. Oh, bien sûr, elle ne savait pas qui il était réellement, mais elle pouvait être caractérisée comme l’ayant servie. Pas de son plein gré, certes, mais elle aurait pu être attentive à la vignette… Quelqu’un d’un peu intelligent n’aurait jamais écrit dans un journal avec un dessin de Serpent à la première page. Sauf elle. Ginny Weasley avait communiqué avec ce… Cet être abject, qui avait assassiné nombre de ses amis, et ses frères.

Ses pas la menèrent automatiquement dans une petite ruelle désaffectée. Regardant autour d’elle afin de s’assurer que personne ne l’avait suivit, elle agita sa baguette : les poubelles entassées dans un coin s’écartèrent, et laissa place à un mince passage, où pour passer elle était obligée de se mettre à genoux. Elle rampa le long d’un petit tunnel, alors que dehors, personne n’aurait pu deviner ce refuge improvisé. Dans une semi-obscurité, on pouvait voir un matelas, à même le sol. Une bougie à moitié consumée, une chaise et une table étaient les seuls ornements la petite cave. Dans un coin, un panier en osier dans lequel Ginny jeta pèle-mêle sa robe rapiécée, avant d’enfiler une tenue plus chaude.

Elle avait dû fuir… elle avait dû se cacher après la prise au pouvoir des Mangemorts au Ministère. Étant de sang pur, cela n’avait pas été très bien vu de se rallier aux sangs de bourbes, et à la cause désormais quasi perdue de Dumbledore. Elle se laissa tomber sur le matelas, et réprima une grimace… Que serait-elle devenue dans quelques heures ? Quelques jours ?

GW-GW-GW-GW


« Faites que je me réveille de ce cauchemar ! » murmura t-elle en clignant des yeux, faisant face à l’obscurité permanente autour d’elle. Ginny se recroquevilla dans sa pauvre couverture miteuse, maudissant ce lieu frigorifique dans lequel elle avait malgré tout la chance de dormir. Ginny se laissa sombrer dans un sommeil où les horreurs qu’elle avait dû traverser reprirent le dessus.

Non loin d’elle, jeté à même le sol, un journal froissé qu’elle avait sûrement dû récupérer dans une poubelle. Ce n’était plus la Gazette du Sorcier, qui, malgré ses anciens articles pompeux avait néanmoins suivit plus ou moins le ministère, autant dans ses idées que dans sa fin mémorable. En effet, le siège du journal avait fini accidentellement dans un feu, qui n’avait pu être éteint. Désormais, la presse se limitait seulement à la « Vipère au poing », qui, comme son nom explicite le montre, prônait le régime mis en place par les Mangemorts et Celui-dont-le-nom-est-encore-plus-redouté-qu’avant, soit un certain Tom. Il avait pris le ministère depuis longtemps déjà, mais Poudlard résistait encore et toujours à l’envahisseur.

« Pour combien de temps encore ? » songea Ginny, les yeux ouverts, alors que son regard tomba sur le journal. Elle connaissait désormais la Une par cœur, et elle devinait l’écriture sinueuse indiquant que les troupes de Mangemorts avaient réussi à entrer dans le parc. Ils leur restaient encore du travail pour destituer le château de la magie dont il émanait, mais elle était malheureusement persuadée qu’ils parviendraient à leurs fins, même s’il existait une puissante magie protégeant le prestigieux château.

Ginny décida de se lever, et quelques minutes plus tard, elle se retrouvait dans une rue de Pré-au-Lard. Une longue cape trouée l’enveloppait complètement, ce qui permettait de cacher les frissons de peur qui la parcourait.


« Quelle idée stupide de venir ici », pensa t-elle en tenant fermement la baguette dans sa main, tout en avançant le long d’un mur. Au loin, la silhouette du prestigieux château apparût dans l’aurore naissante. Déjà, des sorciers étaient rassemblés autour des grilles, encourageant les Mangemorts dans leur progression. D’un pas lent, elle observa, sûrement pour la dernière fois, le bâtiment qu’elle avait toujours considéré comme sa seconde maison. Elle qui avait porté avec fierté l’emblème de Gryffondor dans ses murs, s’en retrouvait désormais chassée. Le Serpent avait vaincu sur le Lion. Elle n’était pas la bienvenue ici, elle le savait bien, mais pourtant elle ne pouvait empêcher sa curiosité de maîtriser ses actes. Immobile, elle observait d’un œil vitreux les Mangemorts de deuxième catégorie s’affairer contre les plantes qui empêchait leur progression.

Oui, car il existait un classement concernant les Mangemorts. Il y avait les plus proches du Lord, et qui avaient été toujours là pour lui. Parmi eux, on pouvait citer notamment Bellatrix Lestrange et son mari, Tom Joad, Lizbeth Selew ou encore Rogue. Un rictus de mépris s’imposa sur ses lèvres lorsqu’elle pensa à son cher maître des potions : Harry avait eu raison depuis le début, cela n’avait été qu’un traître. Son sourire sarcastique s’estompa alors qu’elle songeait au survivant : qu’était-il devenu ? Est-ce les rumeurs qui le font passer pour mort sont justifiées ?

Bref, ensuite venait les Mangemorts de Première-classe : souvent encore jeunes, et enfant de mangemorts, ils devaient encore faire leurs preuves avant d’arriver en haut de l’échelle sociale installée. Enfin, les Mangemorts de Seconde Catégorie concernait les sangs purs qui avait rejoint le Lord durant son ascension, il était clair comme de l’eau de roche qu’il n’avait pas une affection pour eux. Après, il y avait tous les autres qui n’ont aucun reproche à faire à la politique mise en place, mais qui ne souhaite pas s’engager.

Perdue dans ses pensées, Ginny faillit ne pas remarquer la morsure importante que venait de subir une des silhouettes avançant dans le parc. Une plante carnivore, croisée avec un pavot, d’apparence plutôt inoffensive mis à part sa taille qui avoisinait les deux mètres, venait de se jeter sur la silhouette, et était repartie aussi vite qu’elle était apparue, un bras au milieu de ses pétales pourpres.

Hurlant comme un enfant, le mangemort trouva ses souffrances bien vite abrégées grâce à un rayon vert provenant directement d’une jeune femme, qui, quant à elle, ne cachait pas son visage. Ses cheveux noirs dansaient au vent, et son sourire carnassier en faisait trembler plus d’un. Bellatrix Lestrange supervisait le bon déroulement des opérations. D’une voix forte, elle désigna une silhouette dans l’assemblée des curieux qui se pressaient autour des grilles pour voir le spectacle :


« Toi là ! Viens ici servir ton maître. »

Ginny observa effarée le doigt qui se dirigeait vers le groupe. Elle fit un pas de recul, alors qu’un de ses voisins passait les grilles, et allait prêter main forte contres les terrifiantes herbes ensorcelées. Bellatrix posa ses yeux sur elle, alors qu’elle ne put empêcher ses jambes de faire un second pas de recul. Elle savait que son attitude interlope allait la faire repérer, si cela n’était déjà le cas. La Mangemorte s’avança vers les badauds, alors que Ginny commençait à s’éloignait du groupe, attisant la curiosité de la femme.

« Attrapez là ! » ordonna Bellatrix, en commençant à courir , sa baguette menaçante déjà en main. Ginny n’entendit pas , et s’échappa à grandes foulées alors que les personnes présentes réagissaient peu à peu. La rouquine sortit sa baguette, et lança à tout hasard un « Stupéfix » qui eut pour seul résultat d’avoir pour écho un rire froid et sans joie.

« Tu crois pouvoir aller loin ? » interrogea la Mangemorte alors qu’un rayon vert fusait de sa baguette. Sous la course effrénée, la capuche de Ginny tomba, et Bellatrix se remit à rire
« La Petite Weasley ! Traîtresse à ton sang ! Cela sera un grand plaisir pour moi de te tuer, juste après tes frères… »

Ginny faillit trébucher sous le choc : voilà qui était la responsable de ce qu’elle avait pu voir. Des corps mutilés… Mais pour l’heure, elle devait surtout sortir de l’enceinte de protection de Poudlard, afin de pouvoir transplaner en paix, et de se mettre en sécurité. Elle tourna à droite, et … elle aurait dû aller à gauche : devant elle un mur immense.

« Tu es achoppée maintenant » lança une voix encore pour le moment à distance raisonnable.

« Réfléchis Ginny ! Réfléchis !!!! » s’imposa t’elle alors que le bruit des pas de Bellatrix se rapprochaient. De dépit, elle passa une main dans sa cape, où ses doigts rencontrèrent une minuscule fiole. Intriguée, elle la sortie, en lisant la petite étiquette.

« Mais bien sûr ! » murmura t-elle en avalant les deux gorgées que renfermaient l’échantillon d’une potion vendue chez un apothicaire, quelques mois plus tôt. Elle sentit une brusque chaleur se répandre dans son corps, alors que Bellatrix se trouvait désormais devant elle. Elle se tassa contre le mur : c’était le moment de vérité : soit cette maudite potion fonctionnait, soit…

Elle ne voulu imaginer la suite, et préféra espérer que le liquide n’était pas périmé depuis le temps qu’elle l’avait dans la poche. La Mangemorte se retourna plusieurs fois sur elle même, cherchant des yeux quelque chose.


« Où est-tu, maudite Weasley » jura la femme en frappant du pied ! « Tu t’es enfuie, lâche ! Ne t’inquiète pas ! Je te retrouverais et te tuerai de mes propres mains ! » menaça t-elle.

Ginny avait retenu son souffle, qu’elle ne laissa échapper que lorsqu’elle était certaine qu’elle était partie.


« Efficace cette potion de camouflage » songea la rouquine en se glissant silencieusement le long de l’impasse, et de rejoindre rapidement un lieu propice au transplanage. Avant de s’échapper, elle posa un ultime regard sur le puissant château : la porte en chêne était désormais ouverte. L’invasion avait commencée. Elle détourna les yeux, ne souhaitant pas imaginer ce qui serait enseigné dans cet école tombée bien bas, ni le Lord assit là où avait siégé plus tôt Dumbledore. Elle transplana directement dans sa cachette, se demanda si, finalement, sa vie dans ce bas monde avait réellement un but.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélinda Castaie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mélinda Institoris [Validée]
» Linda Friitawa [Fright] Links
» Linda Tanner ¤ Pour le meilleur et pour le pire !
» Un bel homme pour la petite Belinda ^^
» Des internautes vous invitent à...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: Hors Jeu :: Les Défis :: Morsmordre a un an !-
Sauter vers: